Surveillance d'une nappe d'hydrocarbures

LE RADAR HF : UN OUTIL PUISSANT QUI OFFRE UNE VISIBILITÉ EN TEMPS RÉEL DES COURANTS DE SURFACE

Le réseau d’observation du projet TOSCA a été déployé dans cinq zones à risque et a démontré que les données issues des radars peuvent offrir une visibilité en temps réel des courants de surface côtiers. Le radar HF est le seul moyen d’analyser les courants de surface sur une zone relativement étendue (résolution spatiale et temporelle). Ces données complètent les modèles numériques de prévision actuellement utilisés et améliorent les conditions initiales. Une grande quantité de données ont été collectées durant les campagnes « in-situ ». Ces données varient énormément en fonction de la configuration de la côte, des vents et des courants de la zone à l’étude. Elles sont accessibles via « TOSCA GIS », un Système d’information géographique développé dans le cadre du projet. 

Suivre les nappes de pétrole, de jour comme de nuit

pirano1RD

Bien que très répandus aux États-Unis, les radars restent encore très peu exploités en Europe pour l’observation des courants de surface. Une connaissance plus approfondie de ces courants améliore pourtant considérablement les capacités de suivi des trajectoires de dérive. De plus, les observations fournies par les radars HF peuvent améliorer les conditions initiales du modèle, compléter les observations aériennes et satellites qui ne sont possibles qu’en journée, et être utilisées comme vérité-terrain pour des calculs rétrospectifs. 

LES BOUÉES DÉRIVANTES ONT FAIT LEURS PREUVES

Lors des expérimentations, les partenaires du projet TOSCA ont confirmé que les bouées dérivantes étaient à même de fournir des informations cruciales sur les courants et sur le transport des nappes d’hydrocarbures. L’évaluation de différentes formes de bouées dérivantes a permis de mettre en évidence le type de bouée le plus adapté en fonction de l’opération (nappe de pollution ou S&R). De plus, le déploiement optimal de groupes de plusieurs flotteurs permet d’obtenir des informations instantanées sur la dispersion d’une marée noire et sur le temps qu’elle met à doubler de taille. En cas d’accident maritime, les bouées dérivantes pourraient ainsi permettre aux autorités maritimes de concentrer les opérations de recherche ou de nettoyage sur une zone plus clairement définie. 

Les bouées dérivantes, un moyen d’action pratique et peu coûteux

Preparation of drifter during the experimental survey in Greece

Preparation of drifter during the experimental survey in Greece

Les bouées dérivantes constituent un moyen d’action pratique et peu coûteux en complément des radars. Ces bouées peuvent être mises facilement à l’eau, par voie maritime ou aérienne. Elles fournissent des informations sur le courant, ainsi que des informations instantanées sur la dérive et la dispersion relative des nappes de pétrole.

Abonnez-vous à la newsletter du projet TOSCA pour recevoir les dernières informations concernant les activités, les résultats et les publications du projet ainsi que les évènements à venir.